En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Le livre d'or

Cédric, Eric, Fabrice, Loretto, Stéphane

Par Jany Perrin, publié le samedi 29 juin 2013 08:52 - Mis à jour le samedi 29 juin 2013 08:52

Nous serons 5 à n'être plus là l'an prochain, certains par décision personnelle, d'autres pas. Nous en sommes tous les 5 communément désolés.

Nous partons, au terme d'une année de conflits internes, fiers d'avoir accompagné tant d'élèves dans les apprentissages scolaires, d'avoir contribué à leur conscience démocratique et civique, d'avoir permis tant de retours à l'école, d'avoir grandi avec eux et réglé chaque jour, collégialement, l'horloge précise que constitue une structure expérimentale comme celle d'Anne Frank.


 

Nous avons, comme l'institution nous en a missionné, inventé une école alternative, réconciliée avec les familles et les élèves, passionnante plutôt qu'ennuyeuse, intégrant toutes les formes de différence dans une seule et même structure, redonnant aux apprentissages leur saveur dans une exigence bienveillante. Ce projet était bien sûr à décliner, rejouer, adapter, améliorer sans cesse pour mieux tenir ses engagements. C'est ce à quoi nous n'avons jamais cessé de participer.

Une page est tournée que nous pensons définitive.

Nous pensons tristement et douloureusement à tous les élèves qui se sont vus écartés, à ceux qui ont quitté le projet par déception, à ceux qui ne trouveront pas leur place dans le collège, à ceux qui s'y découragent de nouveau.

Nous souhaitons à ceux qui continuent l'année prochaine, membres de l'équipe, élèves et parents, de trouver rapidement une nouvelle cohérence qui garantisse au mieux l'intérêt de tous les participants, dans un esprit ouvert, attentif à la grande diversité d'expression des « adolescences ».

Nous contribuerons, là où nous serons, à changer le système éducatif, convaincus par une expérience aussi irremplaçable qu'elle fut forte humainement et unique institutionnellement, qu'il n'y a pas de fatalité à ce que l'école continue d'orienter par l'échec, classe par âges et par niveaux, suive linéairement le même programme pour tous au même moment, croie résoudre les malentendus trop nombreux qu'elle génère par l'exigence d'obéissance.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe